DEGRES SUPERIEURS


Mémento 4e degré REAA

 

Le grade de Maître Secret est très riche d’enseignements: le langage des couleurs, les décors de la loge, la cordelette, le voile noir et son équerre d’argent, la clef d’ivoire, la balustrade, la montagne, le cartouche, les branches de laurier et d’olivier, voilà de nombreux éléments qui, si l’on porte attention à la signification symbolique qu’ils recouvrent, éclairent d’une lumière vive l’approche spirituelle de ce premier degré des loges de Perfection.

 

La vêture du Trois Fois Puissant Maître, le tablier et le sautoir du Maître Secret confortent le sens attribué à ce grade.

 

Il comporte en effet de multiples messages qui se répondent les uns les autres comme des miroirs en perspective se renvoient leurs reflets: «Ordo ab Chao», l’ombre et la lumière, la Loi universelle, le Devoir, la Vérité et la Parole perdue, la Connaissance et ses sentences sont autant de réflexions cohérentes et complémentaires qui font écho au discours que recèle le rituel.

 

Mais quel est le véritable sens du grade de Maître Secret? C’est à le découvrir et à poursuivre la quête que vous convie la recherche entreprise dans ce livre…

Pierre PELLE LE CROISA a été dirigeant de grandes entreprises et de grandes écoles internationales pour ses activités professionnelles. Franc-maçon depuis bientôt 33 ans, membre actif du Grand Orient puis de la Grande Loge de France, il s’est impliqué dans la vie maçonnique (dans ses loges, au Congrès Île-de-France, au Conseil Fédéral). Écrivain engagé, il a publié des ouvrages publics (romans, nouvelles, essais, études philosophiques et littéraires, poésies, livres professionnels), des ouvrages initiatiques («La Pré-Histoire des Francs-maçons», «La parole est au silence!», «Don Juan le Profane») et écrit de nombreux articles dans des revues maçonniques

Réf. 9782366320268

100 pages

 

13,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Mémento 5e et 6e degrés REAA

Le 5ème degré de Maître Parfait et le 6ème de Secrétaire Intime font partie des «degrés de la Connaissance» (qui regroupent la série du 4ème au 8ème degrés).

Mais à l’intérieur de ces grades, le 5ème degré s’explique lui-même par ce qu’on appelait autrefois «la petite maîtrise» (elle réunissait les 3ème, 4ème et 5ème degrés).

C’est dans cette perspective que nous introduisons les 5ème et 6ème degrés - parce qu’ils se situent dans la continuité des précédents. En effet, ils forment eux-mêmes un ensemble de légendes qui deviennent lumineuses sous l’éclairage que leur donne la kabbale, en considérant notamment les colonnes de l’«Arbre de Vie».

Avec le Maître Parfait nous étudions, à partir du tableau de loge et des voyages de l’impétrant: les sources de l’histoire, le sens de l’hommage rendu au défunt, la symbolique du deuil et du recueillement, la colonne de l’«Harmonie» et l’«Arbre des Sephiroth», la quadrature du cercle, la pierre cubique et la pierre cubique à pointe du mausolée, pour ouvrir enfin sur la construction du temple spirituel.

Avec le Secrétaire Intime, nous analysons les notions de zèle et de transgression, de curiosité et de connaissance pour montrer comment Johaben, en focalisant l’opposition d’Hiram de Tyr (colonne de la «Rigueur») et de Salomon (colonne de la «Miséricorde»), parvient finalement à reconstituer le ternaire initial en lieu et place d’Hiram Abi, et à recréer un ordre (celui de l’équité) qui ouvre sur les «Sentiers de la Sagesse». Il annonce ainsi les degrés ultérieurs.

 

L'histoire continue... après les 4 premiers degrés, le mémento 5/6èmes degrés du REAA de Pierre Pelle Le Croisa vient de paraître ! L'auteur a abordé ces degrés sous un angle nouveau, à découvrir ! Bonne lecture.

Réf. 9782366320541

172 pages

13,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Mémento des 7e et 8e degrés du REAA

 

Le 7ème degré de Prévôt et Juge et le 8ème degré d’Intendant des Bâtiments achèvent le premier cycle des « degrés de Perfection », connu sous le nom des « degrés de la Connaissance ». Et c’est bien de connaissance qu’il s’agit dans ces degrés qui sont les colonnes de fondation du temple intérieur de l’initié. Dans le prolongement des 3ème au 6ème degré, le Prévôt et Juge inscrit la justice dans la vision du juste, la fondant sur l’idée d’équité entre la rigueur du droit et la miséricorde du cœur. Il répond à plusieurs questions : Comment appliquer la justice ? À qui, où et quand ? Le rituel, enrichi d’une symbolique des nombres et des couleurs très expressive, permet d’analyser le tableau de loge de manière exhaustive, et de dégager ainsi toute la profondeur spirituelle que recèle ce grade. Le 8ème degré est la synthèse de l’ensemble des degrés précédents, il est leur aboutissement. Il donne du sens à la voie parcourue et oriente vers les degrés ultérieurs. Il annonce, avec la chambre secrète et ses trésors, la descente dans la Voûte Sacrée du Chevalier de Royal-Arche. C’est donc un grade charnière entre les deux cycles du 4-14. De source hébraïque évidente (ses autres titres de « Maître en Israël », « Maître Écossais des Trois J.J.J. », « Maître des Trois Iod » ne laissent aucun doute sur le sujet), il s’appuie sur l’ « Arbre de Vie » des sephiroth et sur le « Monde de la Formation » pour percer le sens des mots sacrés et en dévoiler toute l’étendue. Les « degrés de la Connaissance » conduisent le néophyte au centre de lui-même. Ils lui font suivre un chemin initiatique de perfectionnement qui le fait passer par les étapes de la quête de vérité, du devoir, de l’affliction, de la curiosité, du zèle et de l’amour, de la rigueur, de la justice et de l’équité, de l’équilibre et de l’harmonie. À présent, il est fin prêt à reprendre le chantier.

 

Réf. 9782366320596

 

192 pages

13,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Mémento 9e degré du REAA

Le 9ème degré de Maître Élu des Neuf pose bien des questions :

D’abord, pourquoi la punition des assassins arrive-t-elle si tard alors qu’Hiram est mort et enterré depuis longtemps ?  Et qui est cet inconnu qui mène Johaben à la caverne d’Abiram ? A-t-il un chien ou pas ?

Pourquoi un arc-en-ciel, un buisson ardent, une étoile brillante au-dessus de la caverne… mais une étoile noire sur le plateau du Très Souverain Maître ?

Et les symboles à l’intérieur de la grotte : une lampe, une fontaine et un poignard, que signifient-ils ? Quant au geste de Johaben, s’agit-il d’un crime de lèse-majesté divine, d’un crime de lèse-majesté humaine ou d’un crime qui le lèse en particulier ? D’ailleurs, est-ce un crime, une vengeance personnelle, un acte de justice… ou une oblation, c’est-à-dire une immolation, un sacrifice rituel ? Et puis, comment s’inscrivent dans ce récit la loi du talion, la loi de proportionnalité, le droit de réparation et le droit à compensation ?  Ensuite, pourquoi Johaben fait-il toujours du zèle ? Pourquoi éprouve-t-il le besoin de couper la tête d’Abiram pour la rapporter à Salomon ?  Enfin pourquoi le roi, qui s’apprêtait à condamner le délinquant, lui a-t-il pardonné ? Simplement parce que huit autres Maître Élus des Neuf ont interféré auparavant auprès du roi Salomon ! Est-ce bien la véritable raison ?  Comme pour les autres questions, n’y a-t-il pas d’autres réponses plus initiatiques, qui se cachent derrière celles que divulgue le rituel ? C’est à les découvrir et à faire cette recherche ensemble que cette étude vous sollicite
(Réf. 9782366320732)
144 pages
Mémento 9ème degré du REAA

13,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Mémento du 10e degré du REAA

 

L’Illustre Élu des Quinze est un des degrés de Vengeance. Il se réfère à la justice. Mais les atrocités auxquelles la légende nous fait participer, inspirent un sentiment d’horreur au lecteur d’aujourd’hui… et c’est bien normal !

 

L’incompréhension que suscite ce grade provient de deux erreurs d’interprétation. D’abord, ce rituel qui apparaît vers le milieu du XVIIIe siècle, porte la trace de la vision chrétienne de l’époque où il a été élaboré : plutôt que d’une exécution, il s’agit du sacrifice de ce qu’il y a de mauvais en nous. Ensuite, quand nous évoquons la justice, nous pensons à la justice sociale. Ici, il n’en est rien : nous sommes confrontés à la justice divine, prise dans sa conception théologique. Les têtes coupées des trois mauvais Compagnons correspondent au rejet des «faux esprits», de notre ego, du «moi» tout puissant. Détachées de l’animalité des corps (qui sont ouverts de la poitrine au pubis pour permettre à l’âme de se libérer) et fichées sur des pieux, elles s’élèvent à présent vers le ciel. La triade négative d’Abiram, Sterkin et Oterfut – celle qui avait détruit la triade modèle de Salomon, Hiram Abi et Hiram de Tyr –, a été éradiquée. Une nouvelle s’y substitue : celle de Salomon, Adoniram (qui signifie en hébreu le «Seigneur» ou le «Maître Hiram») et Hiram de Tyr. Le monde peut alors retrouver la paix, et l’initié la lumière divine (l’«Aïn Soph Aor») vers laquelle il se tourne désormais pour qu’elle rayonne en lui…

(Réf. 978236632103)

 

Mémento du 10e degré du REAA

13,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Mémento du 11e degré du REAA

 

Peu étudié, mal perçu, le 11ème degré de Sublime Chevalier Élu est pourtant l’un des plus importants des grades de Perfection. C’est le seul pour lequel il n’y ait pas d’épreuve ; au contraire, il y a récompense – qu’il faut interpréter dans son sens étymologique de « re-compensare », qui signifie « re-compenser » ce qui ne l’était plus, « remettre en place » ou « remettre en balance » les deux plateaux d’un équilibre rompu. Alors, oui ! il peut y avoir récompense… parce qu’il y a eu re-compensation auparavant.

 

Et tout le déroulé du rituel prend désormais un sens très fort : après un dérèglement, c’est une reprise d’équilibre, d’harmonie, d’équanimité.

 

Mais c’est une lourde responsabilité qui incombe désormais à ceux qui ont reçu le grade de « Sublime Chevalier Élu » ! Il leur appartient dorénavant d’être des « conducteurs de peuple » : ils n’ont plus le droit de faillir (comme les trois mauvais Compagnons), ils doivent être exemplaires (comme Hiram), réaliser leur devoir sans jamais y manquer (comme les Maîtres Secrets), être fidèles à leurs devanciers jusqu’au sacrifice (comme tout Maître Parfait), être zélés sans excès de curiosité (comme les Secrétaires Intimes), équitables et justes (comme les Prévôts et Juges), travailleurs et meneurs d’hommes (comme les Intendants des Bâtiments), maîtres d’eux-mêmes quels que soient leurs sentiments et leurs griefs envers leurs frères (comme les Maîtres Élus des Neuf), toujours prêts à exécuter les prescriptions pour lesquelles les lois divines et les lois humaines les sollicitent (comme les Illustres Élus des Quinze), enfin « être vrais en toutes circonstances » (ce qu’exige leur dernière titulature)…

 

En un mot comme en cent, ils doivent être aussi parfaits qu’il est possible de l’être pour des hommes imparfaits par nature !

 

Ce degré est donc un retour à l’origine, un retour aux sources pour tenter de recréer les conditions de stabilité qui ont prévalu à l’installation du peuple en terre promise et à la répartition des territoires entre les tribus, afin d’assurer la quiétude entre les nations, la tranquillité pour chacun, une vie pacifiée pour tous.

 

Les Sublimes Chevaliers Élus seront-ils à la hauteur ? Nous le découvrirons ensemble, en examinant leurs devoirs, leurs responsabilités, leur pratique de la justice, leur fidélité à l’alliance, le respect de leurs promesses et la façon dont ils entreprennent leur démarche de perfectionnement…

 

 

 

 Peu étudié, mal perçu, le 11ème degré de Sublime Chevalier Élu est pourtant l’un des plus importants des grades de Perfection. C’est le seul pour lequel il n’y ait pas d’épreuve ; au contraire, il y a récompense – qu’il faut interpréter dans son sens étymologique de « re-compensare ».

 

Tout le déroulé du rituel prend désormais un sens très fort : après un dérèglement, c’est une reprise d’équilibre, d’harmonie, d’équanimité.

 

Ce degré est un retour à l’origine, un retour aux sources pour tenter de recréer les conditions de stabilité qui ont prévalu à l’installation du peuple en terre promise et à la répartition des territoires entre les tribus, afin d’assurer la quiétude entre les nations, la tranquillité pour chacun, une vie pacifiée pour tous.

Les Sublimes Chevaliers Élus seront-ils à la hauteur ? Nous le découvrirons ensemble, en examinant leurs devoirs, leurs responsabilités, leur pratique de la justice, leur fidélité à l’alliance, le respect de leurs promesses et la façon dont ils entreprennent leur démarche de perfectionnement...

(Réf. 9782366321128)

202 pages

Mémento du 11e degré du REEA

13,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Mémento du 12e degré REAA

 

4ème de couverture

 

 

 

Interpolé à l’“Ancienne Maîtrise” au milieu du XVIIIème siècle, le 12ème degré de Grand Maître Architecte est un grade de synthèse (du 1er au 11ème degré) et d’équilibre avant une réorientation de notre démarche spirituelle vers les 13ème et 14ème degrés de la « Voûte Sacrée ».

 

La « Boulomie », ce « lieu où l’on veut » (reprendre le chantier) est donc le lieu d’une élévation ontologique (que symbolise le troisième étage du temple). Dans ce contexte, les outils de l’étui de mathématiques sont les symboles opératifs, c’est-à-dire les moyens qui servent à l’instruction des néophytes dans le cadre de l’école d’architecture (de soi) qu’est la franc-maçonnerie : ils vont nous permettre de passer du plan au volume, de nous élever du microcosme au macrocosme, de la Terre au Ciel et de la matière à l’esprit. Ainsi, œuvrer sous le sceau divin de la spiritualité, c’est accueillir, recevoir puis reproduire au plan humain, sur sa planche à tracer, les lumières de l’esprit que le Grand Maître, l’Architecte de l’Univers, a répandues sur nous.

 

Toutefois ce degré est bien plus encore ; car, en sa qualité de grade intermédiaire entre les « degrés de la Connaissance » (qui nous ont fait tourner nos regards vers le Ciel) et les « degrés de la Voûte Sacrée » (qui nous font revenir à notre Terre, à la manière de « VITRIOL », pour y construire le Saint des Saints de notre temple intérieur et y trouver la présence du divin), il ouvre la voie à une véritable métamorphose spirituelle qui repose sur le libre arbitre, la volonté, la loi morale, l’éthique, l’excellence de la vertu, la foi en notre capacité à percer les arcanes de l’inconnu, de l’invisible, de l’intemporel et de l’infini… mais alors, ne serait-ce pas vers le bas et non plus vers le haut qu’il nous faudrait chercher ? Étrange ! Le mystère s’épaissit. Notre quête se poursuit. Et notre enquête aussi…

 

 

(Réf. 9782366321487)

 

318 pages
Mémento du 12e degré REAA

13,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Mémento du 13e degré du REAA

Pourquoi le 13ème degré de Chevalier de Royal-Arche fait-il brusquement un retour à la Voûte Sacrée que pointait déjà l’Intendant des Bâtiments  au 8ème degré  (il était chargé de construire une chambre secrète tout près d’elle) ?

Et pourquoi revenir sous terre alors qu’au grade précédent le Grand Maître Architecte a dû achever le 3ème étage, c’est-à-dire la superstructure du temple ?

Et puis que signifie ce Nom Ineffable qui ne peut être dit… mais qui a tant à dire ?

Enfin pourquoi avoir assemblé dans un même grade deux éléments aussi différents que la Voûte Sacrée et le Nom Ineffable ? Quelle est leur conjonction ?

 

Ce 13ème degré est un degré charnière du « Rite Écossais Ancien et Accepté » : Comme les arches auxquelles il fait allusion et que Guibulum et ses deux compagnons ont traversées pour trouver la pierre d’agate et le triangle d’or, il ouvre autant de portes sur les degrés ultérieurs et les messages qu’ils renferment.

 

Sans refuser la polémique des légendes (celle des Trois Mages et celle du Chevalier de Royal-Arche), j’apporterai une solution aux apparents anachronismes qu’elles semblent recéler, trouvant dans la Légende du Grand Élu qui y fait écho (2ème Ordre du « Rite Français ») la trace du sens que les initiés y avaient placée.

De même, c’est dans Le Vrai Catéchisme des Frères-maçons, rituel du « Grand Collège des Rites » d’avant 1745, que se trouve la solution du Nom Ineffable, et plus encore le sens de la parole perdue que le Maître pressentait déjà au 3ème degré dans le signe d’horreur dédié au GADL’U.

 

Finalement, à ce grade l’initié prend conscience que, pour s’élever vers son Principe, il doit retrouver l’énergie de la lumière qui l’éclaire, il doit introspecter son tréfonds, sa propre crypte, sa Voûte Sacrée ; et, pour y parvenir, il doit franchir chacun de ses cieux intérieurs, traverser chacune des arches qui les symbolisent par les différents noms-attributs de Dieu pour découvrir, sur l’autel du Saint des Saints qui est en lui, la pierre d’agate qu’illumine la lumière infinie de son être éternel…

Pourquoi le 13ème degré de Chevalier de Royal-Arche fait-il brusquement un retour à la Voûte Sacrée que pointait déjà l’Intendant des Bâtiments au 8ème degré ?

Et pourquoi revenir sous terre alors qu’au grade précédent le Grand Maître Architecte a dû achever le 3ème étage. Et puis que signifie ce Nom Ineffable qui ne peut être dit… mais qui a tant à dire ?

 Enfin pourquoi avoir assemblé dans un même grade deux éléments aussi différents que la Voûte Sacrée et le Nom Ineffable ? Quelle est leur conjonction ?

 Ce 13ème degré est un degré charnière du « Rite Écossais Ancien et Accepté » : Comme les arches auxquelles il fait allusion et que Guibulum et ses deux compagnons ont traversées pour trouver la pierre d’agate et le triangle d’or, il ouvre autant de portes sur les degrés ultérieurs et les messages qu’ils renferment.

Sans refuser la polémique des légendes, j’apporterai une solution aux apparents anachronismes qu’elles semblent recéler, trouvant dans la Légende du Grand Élu qui y fait écho, la trace du sens que les initiés y avaient placée.

De même, c’est dans Le Vrai Catéchisme des Frères-maçons, rituel du « Grand Collège des Rites » d’avant 1745, que se trouve la solution du Nom Ineffable, et plus encore le sens de la parole perdue que le Maître pressentait déjà au 3ème degré dans le signe d’horreur dédié au GADL’U.

 Finalement, à ce grade l’initié prend conscience que, pour s’élever vers son Principe, il doit retrouver l’énergie de la lumière qui l’éclaire, et pour y parvenir, il doit franchir chacun de ses cieux intérieurs, traverser chacune des arches qui les symbolisent par les différents noms-attributs de Dieu pour découvrir, sur l’autel du Saint des Saints qui est en lui, la pierre d’agate qu’illumine la lumière infinie de son être éternel.

Le Mémento tant attendu du 13eme degré est paru. Vous pouvez l'acheter sur le site de vente www.numerilivre.fr ou en librairie.

Pourquoi le 13ème degré de Chevalier de Royal-Arche fait-il brusquement un retour à la Voûte Sacrée que pointait déjà l’Intendant des Bâtiments au 8ème degré ?

Et pourquoi revenir sous terre alors qu’au grade précédent le Grand Maître Architecte a dû achever le 3ème étage. Et puis que signifie ce Nom Ineffable qui ne peut être dit… mais qui a tant à dire ?

Enfin pourquoi avoir assemblé dans un même grade deux éléments aussi différents que la Voûte Sacrée et le Nom Ineffable ? Quelle est leur conjonction ?

Ce 13ème degré est un degré charnière du « Rite Écossais Ancien et Accepté » : Comme les arches auxquelles il fait allusion et que Guibulum et ses deux compagnons ont traversées pour trouver la pierre d’agate et le triangle d’or, il ouvre autant de portes sur les degrés ultérieurs et les messages qu’ils renferment.

Finalement, à ce grade l’initié prend conscience que, pour s’élever vers son Principe, il doit retrouver l’énergie de la lumière qui l’éclaire, et pour y parvenir, il doit franchir chacun de ses cieux intérieurs, traverser chacune des arches qui les symbolisent par les différents noms-attributs de Dieu pour découvrir, sur l’autel du Saint des Saints qui est en lui, la pierre d’agate qu’illumine la lumière infinie de son être éternel.
(Réf. 978236632063)
208 pages
Mémento du 13e degré du REAA

13,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Mémento du 14e degré du REAA

4ème de couverture – 14ème degré du REAA

 

Le 14ème degré du Rite Écossais Ancien et Accepté est un des plus complexes, mais aussi un des plus complets. Sa complexité s’explique par :

- la diversité des sources qui l’alimentent,

- son positionnement comme synthèse des degrés précédents et fin des degrés salomoniens,

- mais aussi comme introduction aux Chapitres,

- enfin son message, qui fait le lien entre l’ancienne Loi qu’il clôt et la nouvelle qu’il annonce.

 

Ce livre étudie :

- la genèse du grade,

- les personnages de la légende,

- les modèles du Temple de Salomon (ceux d’Hénoch, de Moïse, et de David),

- sa structure (le Saint des Saints, le Lieu Saint, le Parvis et le Portique),

- ses trésors (l’Arche d’alliance, le candélabre d’or à sept branches, la table des pains de proposition, l’autel des parfums, la mer d’airain, l’autel des holocaustes),

- la Voûte Sacrée et la Loge Royale,

- les significations des couleurs et des nombres dans le rituel,

- la pierre d’agate, la pierre de fondation, la pierre cubique à pointe et la pierre cachée,

- l’architecture des différentes initiations,

- les décors du Grand Élu, Parfait et Sublime Maçon,

- l’idolâtrie de Salomon, la violation de ses devoirs et ses conséquences,

- le martèlement du Nom Ineffable,

- le sacrifice de Galaad,

- l’exil du peuple juif,

- la dispersion des Grands Élus, Parfaits et Sublimes Maçons,

- et enfin le 14ème degré, perçu comme synthèse des grades qui le précèdent et prémisse de ceux qui le suivent.

 

Ce degré nous enseigne que sans amour, il n’y a pas de véritable connaissance…

(Réf. 9782366320916)
336 pages
Mémmento du 14e degré du REAA

16,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Le 18e degré du REAA

COMPRENDRE ET VIVRE LES HAUTS-GRADES MAÇONNIQUES

 

 Ce n’est pas un hasard si le Rite Écossais Ancien et Accepté est  répandu aujourd’hui dans les loges maçonniques du monde entier. Né en France, - fruit d’une lente élaboration, empreinte de l’esprit des Lumières - il  est d’abord parti à la fin  du 18ème siècle,  conquérir le « nouveau monde » pour en revenir en 1804, structuré en 33 degrés. Et  parés de titres poétiques, qui identifient toujours aujourd’hui  un véritable viatique humaniste !   

 

Parmi les diverses façons d’appréhender ce Rite, il est intéressant « d’aller plus loin » que sa fonction de conducteur cérémoniel en loge, en interprétant  les  nombreuses métaphores qu’il exprime. Afin d’amplifier nos réflexions et  visions du monde,  notamment, selon le concept kantien de « pensée élargie ». Alors s’ouvrent soudain à nous les disciplines des « sciences de l’Homme » - productrices de sens -  vers lesquelles nous sommes ainsi dirigés : philosophie - compagne structurante de la franc-maçonnerie spéculative depuis son origine - mais encore cosmologie, botanique, anthropologie, archéologie, psychanalyse, analyse transactionnelle, linguistique, biologie, etc.

 

Autant de disciplines - parfois inattendues - autant de planches de l’auteur,  claires et vivantes, qui constituent  ce livre en deux tomes.  C’est la méthode, originale et tonique,  qu’il a choisie pour vous faire découvrir les  Hauts-Grades du R.E.A.A. Et ainsi vous permettre,  de mieux les comprendre et les vivre.

 

Elargir sa pensée, c’est  « faire l’éponge » pour entrer en action. C’est s’augmenter, pour s’enrichir. Et enrichir le Rite en retour. C’est aussi  entreprendre un  voyage passionnant auquel vous invite dès ce premier tome Gilbert Garibal, franc-maçon depuis plus de trente ans. Il est membre de la Grande loge de France et du Suprême Conseil de Méditerranée.

 

 Gilbert GARIBAL est docteur en philosophie, psychosociologue,  formé à la psychanalyse. Après avoir assuré la direction de la communication puis des relations humaines en industrie, il s’est investi dans la relation d’aide.  Il  se consacre à présent à l’observation des faits de société et à l’écriture. Il est l’auteur de nombreux livres sur le développement personnel,  et aux Editions NUMERILIVRE, de plusieurs ouvrages sur la franc-maçonnerie, dont : Devenir Franc-maçon - Au cœur de la franc-maçonnerie -  Plancher, et après ?

(Réf. 9782366320480 )

316 pages

20,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Comprendre les Hauts-Grades maçonniques - Tome II

Vous avez en main le tome2 du livre développant les degrés du Rite Ecossais Ancien et Accepté, du 19ème au 33ème.

Vous y retrouverez la même articulation que dans le tome 1: Présentation de chaque degré et réflexion sur le mode d’une planche, à partir de son idée centrale ou des notions importantes qu’il dégage.

Comme les 18 degrés précédents, les 15 qui suivent sont très riches. En évocations bibliques et historiques. En évènements mythiques et légendaires. En figures héroïques et symboliques. Vous vivrez ainsi, entre autres, une série de véritables aventures, de l’irruption du déluge à la construction et l’écroulement de la Tour de Babel, de la traversée du désert par Moïse et les Hébreux, aux exploits et déboires de la Chevalerie, hospitalière, templière et teutonique, pendant les Croisades.

Vous ferez connaissance avec les dieux antiques, d’Hermès à Manou. Vous ouvrirez les nombreux livres saints et découvrirez avec leurs promoteurs - de Zoroastre à Confucius - les philosophies et religions orientales et asiatiques, qui ont précédé les trois monothéismes, Judaïsme, Christianisme, Islam. Autant de transcendances multiculturelles dont l’approche vous permettra de mieux appréhender, à la fois, le «croire» et le concept maçonnique occidental de Grand Architecte de l’Univers..

C’est une traversée finale du R.E.A.A., jalonnée de belles lumières, que vous propose l’auteur. Gilbert Garibal, franc-maçon depuis plus de trente ans, est membre de la Grande Loge de France et du Suprême Conseil de Méditerranée.

Que vos valeurs existentielles et morales soient liées à une spiritualité déiste ou laïque, vous trouverez dans ce livre, nombre d’outils, philosophiques et maçonniques, pour entretenir votre faculté d’étonnement, votre désir d’aimer, d’apprendre, de rencontrer, d’augmenter votre pensée. Bref, pour réunir la joie d’être et le souci de l’autre. Pour embrasser tendrement le monde. Le credo même du R.E.A.A.!

Gilbert GARIBAL est docteur en philosophie, psychosociologue, formé à la psychanalyse. Après avoir assuré la direction de la communication puis des relations humaines en industrie, il s’est investi dans la relation d’aide. Il se consacre à présent à l’observation des faits de société et à l’écriture. Il est l’auteur de nombreux livres sur le développement personnel, et aux Editions NUMERILIVRE, de plusieurs ouvrages sur la franc-maçonnerie, dont: Devenir Franc-maçon - Au cœur de la franc-maçonnerie - Plancher, et après?

(Réf. 9782366320572)
316 pages

22,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Mémento 3e degré REAA

 

Quelle relation y a-t-il entre Hiram et l’arbre ? Une relation d’identité : Hiram est un Arbre de Vie – ce que la branche d’acacia suggère. Mais il est bien plus encore : chacune des positions de son corps – renversé, couché, relevé, debout – évoque la position d’un arbre mythique – l’Arbre Inversé, l’Arbre des Morts, l’Arbre Dressé, l’Arbre des Vifs – et  toute la symbolique qui s’y rattache : la cosmogonie du temple, les trois mondes (la Terre, les Enfers et le Ciel), le sens de la vie, la quête de la Connaissance, l’ascension vers la Lumière, la régénération, l’immortalité…

 

Ainsi, à travers le mythe maçonnique du Maître nous retrouvons, retraçons et revivons ces mythes et ces rites qui sont les fondements culturels de nos sociétés.

 

Le thème universel de l’arbre éclaire d’un jour nouveau, mais ô combien significatif, l’enseignement anagogique de ces traditions – c’est-à-dire l’élévation spirituelle, dont la tradition maçonnique est elle-même l’héritière.

(Réf. 9782366320275)

 144 pages

 

 

Réf. 9782366320275

13,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

Mémento du Maître - La parole perdue

Dans le grade de Maître, la gestuelle est particulièrement éloquente et occupe une place capitale : la marche à reculons, le retournement et le renversement du récipiendaire, les voyages à la recherche de l’architecte, la découverte du corps, le signe d’horreur, les tentatives infructueuses de relèvement du mort pratiquées par les deux Surveillants, son redressement par les trois lumières de la loge, les attouchements de vie que sont les cinq points parfaits de la Maîtrise… tout, absolument tous les mouvements et toutes les postures qui sont vécus dans le rituel sont signifiants car ils sont éminemment symboliques.

Que signifient-ils ?

 

(Réf. 9782366320725)

160 pages

 

13,00 €

  • 1 à 3 jours de délai de livraison1

ATELIERS SUPERIEURS REAA

 

LE GUIDE


Gants pour les francs-macons

Couvre-chef de franc-maçonnerie

Cordon personnalisé pour les francs-maçons

CHOISIR SON CORDON


boutique de décors maçonniques

la boutique d'articles de Franc-maçonnerie


Nos liens de Franc-maçonnerie


WWW.LA-BOUTIQUE-MACONNIQUE.COM

Des décors maçonniques :

tabliers pour Franc-maçons, cordons maçonniques, sautoirs REAA, RF, RER..., gants blancs ou avec symboles

Des accessoires maçonniques :

épées flamboyantes, épées de cérémonies pour Franc-maçons, boules de vote...

Des bijoux pour Franc-maçons

boutons de manchettes avec symbole maçonnique, bijoux de loge, pin's maçonniques.

Des cravates, des noeuds papillon et des couvre-chefs  pour Franc-maçons.

Des porte-décors étudiés pour les décors maçonniques, des portes documents avec symboles maçonniques.

Des cadeaux pour Franc-maçons, bouchons de bouteilles de vin gravés avec symboles, portefeuilles avec équerre et compas, chaussettes...

Une gamme de produits perpétuellement enrichie.

 


paiement sécurisé

Faites-moi parvenir votre paiement en toute sécurité grâce à votre carte Visa, MasterCard, Discover ou American Express via PayPal.VisaCarte Bancaire Mastercard